La cathédrale Notre-Dame

Détails du portail de la façade ouest

La construction de la cathédrale s'étant étalée sur plusieurs siècles, on peut y suivre l'évolution de toutes les périodes du style gothique : tour St Romain du XIIe siècle, portail des Libraires (au nord) et portail de la Calende (au sud) du XIVe, façade occidentale et tour de Beurre (ci-dessous) des XVe et XVIe siècles, flèche de fonte du XIXe siècle. S'y trouve également des monuments funéraires exceptionnels (tombeau de Richard Coeur de Lion et des Cardinaux d'Amboise...).

 

 

La tour de Beurre (1485 - 1507)

La légende dit que cette tour, construite 3 siècles après la tour Saint Romain, fut financée grâce à l'argent des dispences du carême.

L'objectif était d'équilibrer l'aspect visuel de la cathédrale et de terminer la tour par une flèche, mais par manque d'argent, on imagina à la place une couronne de pierre - permettant de faire au plus court et au moins cher sans que cela ne se voie trop.

La tour de beurre faillit brûler à 2 reprises en 1940 et 1944 en raison d'incendies du quartier situé entre la cathédrale et la seine, qui se propageaient peu à peu plus au nord et menaçaient ainsi la tour.

La Flèche

La plus haute flèche de France ( 151 m ) a été conçue par l'architecte Alavoine et achevée en 1884. Elle avait soulevé à l'époque les protestations de Flaubert. Au XIIIe siècle s'élevait déjà une haute aiguille à la croisée du transept. Dévastée par un incendie, elle fut remplacée au XVIe siècle par une flèche Renaissance qui disparut à son tour dans les flammes en 1822. Cette dernière laissa donc place à la flèche actuelle.

 

Portail de la Calende

 

Tempête

A la suite de la tempête du 26/12/99, un des quatre clochetons de fonte (vert) a percé le toit de la nef et est venu s'écraser dans le choeur, 70 m plus bas. Ce clocheton (nord-est) de 27 tonnes et 30 m de haut datait de 1881 et etait identique aux trois autres restants. 40 m2 de charpente et de toiture ont ainsi été arrachés.

conséquence de la tempête

photo figaro magazine (SIPA PRESS)

 

Voici donc le nouvel aspect de la cathédrale à la suite de cette catastrophe naturelle. Quatre ans seront nécessaires pour réparer les dégâts d'un coût de 40 millions de francs. Le plus urgent a déjà été fait : les trois clochetons restants ont été haubanés et les travaux de réparation de la voûte du choeur se sont achevés fin juin 2000.

conséquence de la tempête